À propos

Le mot du président

Les membres des harmonies, des fanfares et des ensembles musicaux (constitués pour beaucoup essentiellement d’instruments à vent) qui participent à l’animation et à la vie culturelle de nos villes et villages se sentent en Belgique un peu les délaissés de la musique. La disparition de bon nombre de musiques régimentaires a contribué, dès le milieu des années 60 du siècle dernier, à tarir doucement la source qui alimentait en musiciens professionnels les nombreuses phalanges musicales constituées de musiciens amateurs avertis.

En créant l’asbl Brass Promotion nous avons voulu mettre en avant des valeurs humaines et des convictions artistiques : la passion, le goût de l’excellence, l’humilité et la tolérance, qualités  que l’on retrouve dans toutes ces sociétés musicales.

Comme dans un sport d’équipe, le musicien sociétaire d’un ensemble musical doit se fondre dans l’ensemble, se donner du plaisir et en procurer à ses collègues. De même qu’en sport les records sont faits pour être battus, tout projet musical est perfectible et l’homme n’atteint pas ses limites. Vouloir l’excellence, ce n’est pas faire de l’élitisme.

Un mot sur le rôle joué par les ensembles musicaux dans la formation musicale. La formation musicale initiale du musicien  est surtout du ressort des Académies de musique, tandis que l’enseignement supérieur est assuré dans les Conservatoires Royaux (Anvers, Bruxelles, Gand, Liège et Mons) et dans  2 hautes écoles : l’IMEP à Namur et l’Institut Lemmens à Leuven. Avec le décret Bologne (2004) l’enseignent musical a intégré l’espace européen de l’enseignement supérieur. Fini les « 1ers prix de trompette » et « diplômes supérieurs de … ». Dès 2007 sortent les premiers Bacheliers et en 2009 les premiers Masters. Les ensembles musicaux (harmonies, fanfares, big band, brass band) viennent s’intégrer dans ces formations en permettant à certaines catégories, qu’ils soient restés amateurs ou devenus professionnels, de toucher à la diversité du répertoire classique, folklorique, jazz, contemporain, …

Quel est l’intérêt pour une association locale comme la nôtre d’organiser un concours international de trompette. En principe un concours d’interprétation musicale est destiné à stimuler des candidats potentiels de la région, à découvrir de nouveaux talents, mais il peut aussi s’agir de promouvoir un lieu. Que faut-il attendre des candidats ? A l’heure actuelle les véritables défaillances techniques des candidats sont rares car ils possèdent généralement une technique justifiée par leur présence. Toutefois nous souhaitons que les membres du jury puissent juger de la maîtrise acoustique des lieux et de la manière dont le candidat interprète les œuvres tout en respectant les indications du compositeur.  Il s’agit en fin de compte d’apprécier la musicalité de l’interprète. Pour le spectateur c’est le moment présent qui compte et le candidat doit pouvoir donner le meilleur de lui-même. Pour le candidat, la participation à un concours devrait lui être utile par exemple lors d’une audition d’orchestre ou lors d’un concert public.

Franz Bodart